Pastorales

• press kit

Group show / curated by RedShoes
E. Saintagnan, D. Marcon, N. Pujol

06.07 / 31.07.10

La pastorale, ou bucolique, met en scène les douceurs de la vie champêtre, célébrant ses qualités, la simplicité et la grâce. Diego Marcon, Noëlle Pujol et Eléonore Saintagnan illustrent cette forme poétique, autant par le choix de leurs sujets - des représentations d’une nature vive ou inanimée, réelle, symbolique ou mythologique, peuplée ou sauvage - que par celui d’une construction filmique nourrie par une grammaire lyrique.


Par de fréquentes immobilités de la caméra, le film devient tableau, rappelant autant la peinture de paysage de Corot ou de Poussin qu’une scène de genre de Chardin. Chaque artiste dépeint et encadre la vie de campagne, tout en portant à l’écran des représentations préexistantes de celle-ci - photographies, gravures ou peintures - et pose alors les questions de la matérialisation de l’absence et de la représentation légendaire à travers l’imagerie patrimoniale. Les scènes de vie rustique deviennent prétexte à la représentation de sociétés idylliques.

Le rapport à la pastorale s’établit aussi par les formes narratives particulières que les artistes développent : Storie di fantasmi per adulti raconte une histoire à travers des associations d’objets et l’imagination d’un espace alors que St Gildas/Fragment, plus rigoureusement construit, prend une forme littéraire proche de l’essai ; dans Les petites personnes, l’aspect documentaire prend le dessus, laissant les sujets et leur réalité créer eux-mêmes la narration.

La mise en espace à la galerie ACDC définit pour chaque oeuvre un territoire symbolique et valorise les jeux de correspondances thématiques : de la religion et de l’histoire ; des traces d’une légende passée ou d’un quotidien de campagne ; des portraits et actions interprétées par des enfants, des reliques, la faune et la flore... Pastorales est à envisager comme une exposition bucolique propre à un mois de juillet : «Aurora, allez pose ta plume et viens te mêler aux plaisirs champêtres» (Eric Rohmer, Le genou de Claire, 1970).





* L’association Red Shoes a été fondée en 2008 par Olga Rozenblum et Barbara Sirieix. Le pôle Red Shoes Bureau a pour buts de promouvoir et rendre accessible le film d’artiste et l’art vidéo, à travers un travail de diffusion sous formes de programmations, projections et expositions, son objectif étant de valoriser ces œuvres par des formes originales de commissariat, explorant l’ensemble des médiations possibles. Récemment, la structure a également entrepris une activité de production dans ce même domaine. Aussi, Red Shoes souhaite favoriser la création et la recherche à travers des projets ponctuels mis en oeuvre, tels que résidences, workshops, rencontres, invitations.

www.redshoes.fr